UA-64527806-1

Avertir le modérateur

17/05/2018

Communiquer avec bébé en signant #5

signer avec bébé, LSF,langue des signes

Nous signons moins à la maison. Depuis ses 18 mois, la cadette parle de plus en plus. Elle a remplacé certains mots signés par ceux dit et en apprend de nouveaux presque chaque jour. A Pâques, ce fut cocolat, aux pluies quotidiennes de début mai, ce fut cagot ... 

Par contre, il est toujours compliqué de comprendre ses émotions. Elle a l'âge des premières peurs : les chiens, les bruits... Et peur était un des seuls signes de ce thème que j'avais retenu. Il faut frapper deux fois sa poitrine avec la main ouverte. Elle l'a reproduit et puis très rapidement a dit : ai peur. J'aimerais bien mettre un signe sur ses autres émotions. Mais j'ai du mal à les intégrer car comme je le disais précédemment, les signes sont plus abstraits.

Puis, nous commençons à lui enseigner la politesse. Un mot à la fois. Car il faut reproduire le signe mais aussi comprendre le concept de politesse. Pour l'instant, elle apprend à dire merci. Parfois, elle nous envoie un bisou au lieu de dire merci. Mais ça marche aussi, non ? 

lsf,signer,bébé,langue des signes,merci

Mais il reste un moment où je continue de doubler mes paroles par des signes. C'est au moment du coucher. Cela fait partie du rituel. Et même si elle sait dire doudou ou dodo, je signe tous les soirs dodo, joli rêve, doudou en lui disant : c'est l'heure de faire un gros dodo et de jolis rêves avec tes doudous.

Avez-vous continué à signer même lorsque vos enfants parlaient ?

affiche,concours

Les autres articles sur le sujet :

12/04/2018

Un vol sur nos genoux ou prendre l'avion avec un bébé de 18 mois

Après un voyage en avion avec mes enfants, je ne peux pas m’introniser experte. Mais, tout de même, avec 25 heures cumulées enfermés dans un avion (merci les retards et problèmes techniques), 4 vols, 6 décollages, 6 atterrissages (forcément) et 2 correspondances, je peux vous raconter notre expérience. Je vous avais déjà montré les sacs préparés pour occuper les filles, les pages de quiet book… Mais il a fallu préparer bien d’autres choses.

IMG_20180224_144942_4192.jpg

Déjà, avant de sortir du territoire français, il a fallu des passeports pour les filles. Si certains (comme moi) ont connu l’époque des passeports des parents sur lesquels étaient ajoutés les enfants, ce n’est plus possible. Chacun son passeport, sa photo (pas à son avantage), son visa. Pour les enfants, les passeports sont valables 5 ans et le timbre fiscal est beaucoup moins cher (17 € pour les moins de 14 ans, 42 € pour les 14 à 17 ans contre 86 € pour les adultes). Le délai n'est pas long pour avoir un passeport (nous avons attendu trois semaines après avoir déposé le dossier), c'est avoir un rendez-vous en mairie qui peut être difficile. J'ai consulté plusieurs communes pour avoir le rendez-vous le plus rapide et aux horaires qui me convenaient.

Bien sûr, réserver le vol. La cadette ayant moins de 2 ans, et voyageant sur nos genoux, son billet d’avion n’a coûté que 9% de nos billets. Mais si vous voulez un siège pour votre mini, vous pouvez décider de payer une place plein tarif. 

Ensuite, il a fallu préparer les bagages. Deux grosses valises en soute, une poussette, une valise cabine, un grand sac à main, un sac à dos à langer et un petit sac à dos, tout cela ça s’organise. 

Question poussette, son transport en avion est gratuit (tout comme les sièges auto), mais elle sera (selon la compagnie, la taille de la poussette, l'humeur de l'hôtesse) en soute dès l'enregistrement, en soute après arrivée à la porte de l'avion ou en cabine. Pour éviter de transporter notre poussette trio plutôt lourde, j'ai trouvé une poussette canne Chicco Lite Way. A l'aller, nous avons dû l'enregistrer en soute car la compagnie n'acceptait que la Yoyo (400 € neuve vs 25 € pour ma poussette d'occasion en très bon état) ; mais au retour, avec la même compagnie, nous avons pu la garder jusqu'à la porte de l'avion et donc l'avoir pour le transfert entre les deux vols. C'est sûr que si vous prenez l'avion régulièrement, l'investissement est à réfléchir.

avion,voyage,jule,bag,papa maman et moi,sac à langer

Nous avions donc avec nous une valise cabine car la cadette avait droit à 12 kg en cabine (et 10 kg en soute). Celle-ci contenait une tenue de rechange pour chacun et surtout les indispensables pour bébé comme le lait en poudre, quelques médicaments, un pyjama et une gigoteuse. Le reste des affaires pour la mini (18 mois au départ) était dans notre sac à langer, le Jule's Bag de Papa, Maman et Moi. C'est un sac à langer pratique car portable en bandoulière ou sur le dos et de nombreuses poches (dont une isotherme) pour ranger chaque chose à sa place. Nous y avions rangé tout le nécessaire de change, une tenue de rechange, un porte-bébé sling, un lange, un bavoir, deux biberons, des dosettes de lait en poudre, une bouteille d'1 litre d'eau et quelques petits pots. Quant aux jouets pour occuper la cadette, il était dans mon grand sac à main.

Faisons un focus sur les repas. Le transport des liquides est autorisé pour les bébés. Pas de soucis pour les petits pots, compotes à boire ou bouteilles d'eau. Les services de sécurité des aéroports ont maintenant des appareils pour analyser ces liquides. Question repas, la cadette mange comme nous et nous avons donc décidé de partager nos plateaux repas avec elle. Mais il n'y a pas de repas prévu pour les bébés sur les genoux. Selon les hôtesses et stewards, certains ont offert spontanément une collation pour la petite (nombreux retards, donc nombreuses collations), dans d'autres cas nous avons demandé si nous pouvions avoir un gâteau supplémentaire pour elle, mais on nous a aussi refusé la demande. C'est pour cela, qu'il veut mieux prévoir à manger pour bébé. Le réchauffage du repas ou du biberon se fait un bain-marie, il faut donc le prévoir un petit quart d'heure avant que bébé hurle de faim. Pour le premier décollage, nous avions prévu son biberon de lait du petit déjeuner, pour éviter les douleurs aux oreilles. Mais elle n'a pas eu de soucis de ce côté-là et a même fait plusieurs décollages ou atterrissages sans boire, ni têter sa sucette. 

20180301_111147.jpg

Voyage de jour ou voyage de nuit ? Nous avons testé les deux. La journée, la cadette n'a presque pas dormi car la cabine était éclairée. Résultat, après un réveil très très matinal et seules deux petites siestes pendant les vols, elle a très mal vécu un réveil pour lui remettre la ceinture de sécurité avant l'atterrissage. Mis à part cela, nous avons réussi à l'occuper sans avoir à faire les 100 pas dans le couloir de l'avion. La nuit, nous avons décidé de la mettre en pyjama et en gigoteuse après le décollage, de lui raconter une histoire... d'essayer de reconstituer un semblant de rituel du coucher. Et elle a dormi sur nous, à tour de rôle. Mais pas nous, car nous n'osions pas bouger ;)

Bref, ce n'était pas de tout repos, mais cela s'est bien passé et cela en valait vraiment la peine. Et la grande ? Elle s'est bien occupée avec le contenu de son sac à dos et en a profité pour regarder deux dessins animés qu'elle avait raté au cinéma. 

IMG_20180312_125702_165.jpg

Avez-vous déjà voyagé en avion avec des petits ? Comment cela s'est passé ? Quels conseils donneriez-vous ?

16/11/2017

Communiquer avec bébé en signant #4

Ce n’est pas parce que nous habitons dans le Sud que nous parlons avec les mains, c’est parce que nous signons avec la cadette. Comme depuis le début, il y a des jours où nous signons plus, d’autres moins. Mais ce qui a changé depuis cet été, c'est que nous sommes allés à une session de cinq ateliers Ludo'Sign chez Kid & Sens à Aix-en-Provence. Cinq ateliers pour découvrir et découvrir des signes pour parler du quotidien, du bain, du repas, des animaux et de la nature.

Je crois qu’il y a certains mots que je n’arriverais pas à intégrer. C’est notamment le cas de certaines émotions car le geste me semble décoléré du mot. Alors que, par exemple, le signe escargot se retient facilement car il symbolise les antennes de l'animal. D'ailleurs, je vous montre notre gant bricolé (d'après une idée de Valia). D'une manière générale, comprendre la genèse du signe aide grandement à le retenir. D'où l'intérêt des ateliers par rapport à l'apprentissage uniquement avec un livre.

gant,escargot, langue des signes,signe avec bébé

Ce qui a changé aussi depuis cet été, c'est que la cadette signe maintenant quatre mots : dodo, encore, bain et pipi. Alors, bien sûr, elle ne fait pas rigoureusement le signe, mais elle place sa main au même endroit et tente un mouvement similaire. Autant, elle signe spontanément dodo et encore, je vous raconte ça tout de suite. Autant, elle ne signera pas pipi lorsque sa couche est mouillée, mais lorsque nous abordons ce sujet, idem pour le bain. Mais quel est l'intérêt de la voir signer ? Elle peut enfin s'exprimer et cela évite certaines frustrations ou colères. 

Le moment critique était le repas du soir. Avec la fatigue de la journée passée à la crèche, cela pouvait se finir par des pleurs. Mais dorénavant, cela se passe mieux car elle est capable de nous dire si elle a encore faim. Elle signe encore et montre du doigt les aliments. Et quand elle n'a plus faim ou est trop fatiguée, elle peut maintenant signer le mot dodo et nous comprendrons qu'il ne faut pas insister.

Aventure à suivre...

IMG_0578.JPG

07/09/2017

Une fratrie de deux enfants uniques

IMG_0039.JPG

"Vous aussi vous avez fait deux enfants uniques". Je l'ai entendu deux fois cette expression en peu de temps. Comme peut-on avoir deux enfants uniques ? La définition même d'un enfant unique et un enfant sans frère, ni sœur. Nous avons agrandi notre famille justement pour que l'aînée ne soit pas seule, pour créer une fratrie. 

Oui, elles sont nées avec cinq d'ans d'écart. Oui, il y a 40 cm et 10 kg de différence entre la grande et la petite. Oui, sauf incident, elles ne seront jamais dans la même école en même temps. Oui, si la grande part de la maison à 18 ans, elles n'auront vécu que 13 années sous le même toit. 

Je pourrais en lister d'autres, mais moi, ce que je vois pour le moment ce sont deux petites filles qui s'aiment. Deux petites filles qui jouent ensemble dans la cabane du jardin, dans le bain, avec leurs figurines animaux ou leurs poupons. Deux petites filles qui dormaient dans la même chambre pendant les vacances et venaient ensemble nous réveiller. 

Bien sûr, elles se disputent parfois. Il faut empêcher la cadette d'aller dans la chambre de sa soeur envahie de minuscules jouets, de fouiller dans le cartable... Mais justement, si elles étaient vraiment uniques, il n'y auraient pas ces cris et pleurs, non ?

Vous me parlez de vos fratries, celle dans laquelle vous avez grandi ou celle que vous élevez...

04/09/2017

Quand bébé mange seul

IMG_9258 - Copie.JPG

IMG_9429 - Copie.JPG

 

IMG_9432.JPG

 

C’est arrivé durant l’été. Elle s’est d’abord mise à bouder les purées à la crèche, lorgnant sur le repas des plus grands. Puis, elle a voulu manger toute seule. Et puis, avec les vacances, nous avons pu prendre le temps de manger tous les quatre ensemble. Du coup, elle était plus autonome dans sa chaise haute et était ravie de participer aux repas des grands. 
Pourtant, il y a quelques semaines, elle ne voulait même pas tenir son biberon elle-même. A ce moment, on m’avait proposé d’essayer une cuillère pour les enfants commençant à manger seuls et j’avais décliné, persuadée que le test en situation réelle ne serait pas possible. Bon, de toute façon, elle ne voit pas l’intérêt d’utiliser un couvert. Elle mange seule, mais pas vraiment proprement… cela serait trop simple. Elle mange donc avec les doigts (oui, même la purée !), en se passant parfois la main dans les cheveux, en jetant toute nourriture dans sa main si, soudain elle a soif, celle-ci atterrissant au choix : par terre, sur le mur, sur ses vêtements propres, sur nos pieds…

Alors, voici quelques accessoires que nous utilisons pour que la cadette mange sans trop de catastrophes.

IMG_9949.JPG


Pour boire, même si maintenant elle arrive à tenir son biberon sans accessoire, nous avions acheté des poignées pour biberon. Cela ne coûte pas cher et c’est amovible pour passer d’un biberon à l’autre (attention cependant à la compatibilité selon les marques). Elle a aussi une tasse à bec avec tétine souple. C’est d’ailleurs, ce que nous a demandé de fournir la crèche pour sa deuxième année. Et puis, nous avons essayé la tasse miracle de Munchkin (offerte par la marque). C'est une tasse anti-fuite, cependant ma fille n'a pas compris qu'il fallait pincer le rebord du verre avec les lèvres (ce que les enfants et les adultes font naturellement) pour que le liquide coule. On réessaiera vers 18 mois.

IMG_9951.JPG


Il s’est vite avéré qu’il nous fallait une assiette qui ne puisse pas être renversé de son contenu. Nous avions un petit bol avec ventouse et nous avons investi dans une assiette antidérapante à compartiments. Elle n’essaye même pas de la soulever, l’investissement (ce n’est pas si cher, je vous rassure) n’était donc pas inutile. La marque la plus connue est EZPZ, mais celui-ci est d'une autre marque.

IMG_9950.JPG


Le bavoir en plastique avec récupérateur. Un indispensable pour éviter que les aliments (ah, les mûres qu’elle adore tant) ne finissent sur les vêtements. Et en fin de repas, la poche devient son assiette et elle plonge ses doigts dedans à la recherche de rab. Nous le lavons toute simplement comme le reste de sa vaisselle.

Prochaine étape : lui donner envie d’utiliser des couverts. Quels sont les premiers couverts que vos enfants ont réussi à porter de leur assiette à leur bouche sans renverser le contenu ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu