UA-64527806-1

Avertir le modérateur

03/04/2019

Réduire ses déchets dans la salle de bain

Nous testons, nous doutons, nous abandonnons, nous renouvelons… mais nous avançons pas à pas. Nous n’avons pas atteint le niveau zéro déchet, mais grandement réduit leur quantité dans la salle de bain. Bon, les mouchoirs en tissu ne rencontrent pas le moindre succès. Par contre, les cotons lavables pour le démaquillage sont toujours utilisés. D’ailleurs, j’aurais (et mon mascara se joint à moi) un message pour les marques et fabricants de lingettes lavables : pourriez-vous en faire en gris ?  

Alors, voici trois changements récents ou moins que nous mis en place. Tout d’abord, nous sommes passés aux cosmétiques solides, d’abord pour le shampoing. Aussi bien pour les enfants, que les grands, nous alternons entre la marque Secrets de Provence et Douce Nature. L’avantage c’est que les pains de shampoing ont un format similaire et donc se rangent dans la même boite de rangement et transport. Côté cheveux, adieu brosse en plastique ou métal, bonjour le bois. Et pour les cheveux abimés, c’est huile de coco (achetée au rayon alimentaire).

zéro déchet,salle de bain

Pour le corps, nous hésitons encore pour le choix du savon. Il existe tellement de marques. Du coup, j’ai opté pour le local. Comme Avant qui est une fabrique marseillaise avec le label bio COSMOS, Les Essentiels qui est situé à côté d’Aix-en-Provence avec le label Slow Cosmétique et bientôt en bio (la composition est en train de changer) et un savon acheté dans les Alpes lors de nos dernières vacances. Le savon de Marseille (le classique cube vert) est gardé pour les mains, car un peu trop décapant. Si vous avez des marques fétiches, je veux bien leur nom.

zéro déchet

Et enfin, côté soin des dents, nous sommes en train de passer aux brosses à dents en bambou. Nous avons fait un premier test il y a quelques mois. Enfin, les filles ont joué les cobayes. Puis, j’ai testé moi-même. Après quelques jours à trouver la sensation du bois étrange en bouche, nous nous sommes adaptés et avons adoptés le bambou. Nous avons encore deux ou trois brosses à dents en plastique en stock, mais d’ici quelques semaines ce sera liquidé. Une fois utilisée, nous coupons les poils de la brosse et la mettons au compost. La prochaine étape sera sûrement d’abandonner le dentifrice en tube. Il y a du choix niveau dentifrice solide pour les adultes, mais je n’ai pas vu grand-chose pour les enfants ou les dents de lait. Cela va me demander un peu de recherches et de comparaison.

zéro déchet

Et vous, quels sont vos trucs pour réduire vos déchets dans la salle de bain.

12/02/2019

J'ai testé le déodorant homemade

déodorant,diy

J'étais en train de refaire du liniment parce que la cadette trouve qu'"il sent pas bon le liniment" du commerce (il sent juste beaucoup moins d'huile d'olive) et du démaquillant bi-phasé. Et dans ma lancée, j'ai décidé d'essayer la fabrication d'un déodorant. Parce que la composition de beaucoup n'est pas sans danger pour la santé, que je trouve les déodorants bio relativement chers (les solides encore plus), qu'il y en a peu de rechargeables, et puis que j'avais tous les ingrédients à la maison. 

déodorant,diy

Pour ce premier essai, la composition de mon déodorant est la suivante :

  • 4 cuillères à soupe d'huile de coco
  • 2 cuillères à soupe de fécule de maïs
  • 2 cuillères à soupe de bicarbonate de sodium
  • 10 gouttes d'huile essentielle de lavande fine
  • 5 gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse

J'ai fait fondre l'huile de coco au bain marie (antibactérienne), puis ajouté hors du feu, le bicarbonate (déodorant, désodorisant et antifongique), la fécule de maïs (absorbant), l'huile essentielle et l'extrait de pépin de pamplemousse (conservateur). J'ai mis le tout dans un pot en verre que j'avais préalablement stérilisé et j'ai mis au réfrigérateur pour faire figer. 

Voilà, c'était simple et rapide. Mais bon, j'ai attendu quelques jours avant de l'utiliser. J'avais quelques interrogations. N'allais-je pas faire de réaction allergique ? J'en ai mis un peu sur mon bras pour un test cutané. Le bicarbonate allait-il être irritant ? Cela arrive sur les peaux sensibles, dans ce cas, l'argile peut le remplacer dans la composition. Le déodorant allait-il être efficace ? Je l'ai utilisé pour la première fois un week-end ; je ne voulais pas sentir mauvais en milieu de journée au travail. L'huile de coco allait-elle laisser des traces grasses sur mes vêtements ? Cette odeur allait-elle me plaire ? Je ne suis pas une super fan de l'odeur de la lavande en cosmétique, mais ce mélange coco et lavande fine est très délicat ; finalement j'aime. Le déodorant n'allait pas devenir liquide avec la chaleur ? Je verrai au printemps et surtout cet été ; il faudra peut-être le conserver au frais. 

déodorant,diy

Bref, j'ai attendu quelques semaines avant de faire un retour. Franchement, je le trouve très bien. Au moins autant que les derniers déodorants bio que j'ai utilisés. Il n'est pas efficace 48 heures, mais honnêtement ça m'importe peu, je prends une douche tous les jours ;) Je l'ai mis les jours de sport. Bon, Ok, je fais de la marche et du pilates, ce n'est pas du test extrême. Je pourrais le faire essayer par l'homme lors d'une course de plusieurs kilomètres, mais honnêtement il prend une douche après (je sais, je me répète :). Je n'ai pas remarqué de traces sur mes vêtements. Côté écologique, c'est pas mal, puisque presque tous mes ingrédients sont bio et dans des contenants recyclables. Côté économique, mon petit pot de 30 ml devrait me durer plus de 6 semaines. Je n'ai pas fait le calcul du prix de revient comme je l'avais fait pour le liniment, mais c'est évident que ce déodorant maison est très peu cher. Le seul inconvénient du pot, c'est l'hygiène et la conservation car pour l'instant j'applique le déodorant avec les doigts (propres). Il existe des sticks rechargeables pour les cosmétiques maison, je verrai plus tard. 

Avez-vous déjà essayé de faire votre déodorant ? Quelle est sa composition ?

Les recettes du liniment maison et du démaquillant bi-phasé sont respectivement ici et .

24/01/2019

Dans la mangeoire des oiseaux du jardin

oiseaux,jardin

D'hiver en hiver, nous en apprenons plus sur les oiseaux du jardin (les articles précédents sont ici et ). Nous avons enfin compris qu'ils n'aimaient pas venir manger trop près de la maison, ni sous le grand pin. Non, leur coin préféré est au niveau des pruniers. Et nous affinons maintenant leurs préférences gustatives. Voici donc ce que nous leur avons préparé quand les températures ont baissé (et je vous dirai ensuite ce qui a du succès). 

mangeoire,oiseaux,hiver

Préparer à manger pour les oiseaux (12).JPG

Les petits oiseaux visitant notre jardin sont des rouges-gorges et des mésanges (après observation, ce sont plus précisément des mésanges bleues). J'ai donc recherché qu'elle était leur alimentation. Puis, hier nous avons aperçu un chardonneret élégant ; je dois donc me renseigner. Les deux premiers oiseaux mangent insectes l'été et graines l'hiver. J'ai donc rassemblé un sac de graines (dont la composition n'est pas renseignée, dommage), noix, cacahuètes, raisins secs, pépins de pomme et margarine. J'ai lu quelques part que les mésanges aimaient les pépins de pomme, nous avons donc mangé compotes et clafouti pour en récupérer.

Et comme mangeoire, nous avons décidé de fixer une panière à pain dans le petit prunier, le plus visible de la baie vitrée. La grande a cassé les noix et ouvert les cacahuètes (non grillées et non salées !) et la petite a mélangé les graines à la margarine pour former des boules de graines. 

Préparer à manger pour les oiseaux (6).JPG

mangeoire,oiseaux

De la ficelle et la mangeoire était fixée.

Préparer à manger pour les oiseaux (10).JPG

Les mésanges ont été les premières à découvrir la mangeoire. Souvent par deux, elles posent leur pattes directement dedans pour manger. Là, en hauteur, protégées par les branches du prunier, elles prennent leur temps. Le rouge-gorge vient en solitaire et semble plus craintif. Et puis, hier, nous avons aperçu un nouvel oiseau. Nous avons attrapé nos jumelles pour voir une tête noire, blanche et rouge. Une recherche internet plus tard et nous apprenions que c'était un chardonneret élégant. 

Oiseaux du jardin (8).JPG

Oiseaux du jardin (zoom).jpg

Oiseaux du jardin (1).JPG

Alors, les pépins de pommes n'ont aucun succès. Les oiseaux de notre jardin raffolent des noix, des cacahuètes et des graines de tournesol (je trie maintenant dans le sac de graines :). Nous devons recharger chaque jour la mangeoire. 

Et vous, donnez-vous à manger aux oiseaux l'hiver ? Qu'apprécient-ils ?

22/01/2018

Défi green blog : bilan un an plus tard

défi blog green,bio,écologie,zéro déchet

L'an dernier, je me lançais dans le défi green blog lancé par Maman Youpie. J'avais listé quelques actions que je pensais simple à mettre en place, pour être plus écolo et préserver la planète. Je reprends donc là toutes ces actions prévues et, le plus honnêtement possible, je vais vous dire ce qui m'a semblé simple ou beaucoup moins.

  • Utiliser des sacs en tissus pour emballer le vrac et les fruits et légumes

J'ai des sacs en tissu cousus et achetés, mais je pense encore trop peu à les utiliser en magasin. Ils servent essentiellement pour emballer les légumes du panier de l'AMAP.

  • Remplacer les boites de conservation en plastique par de nouvelles en verre

Je suis passée de deux boites en verre à huit. Je n'utilise donc plus que très rarement des boites en plastique. Mais la question que je me pose toujours : je les jette où mes vieilles boites de conservation en plastique ? Dans la poubelle jaune ?

  • Acheter en vrac et en grand format

Dans la salle de bain, nous optons maintenant pour des formats familiaux (flacons de 1 litre) pour le gel douche et le shampoing. Cela limite les emballages jetés. Je teste depuis quelques jours aussi le shampoing solide. J'avais peur que mes cheveux soient moins doux, se démêlent moins facilement ; mais pas du tout. Je verrai dans le temps si c'est plus rentable écologiquement et économiquement que le shampoing liquide par 1 litre. Quand nous allons dans des magasins qui propose du vrac, nous optons pour ce mode de consommation... mais dans des sacs en papier (oui, j'oublie encore mes sacs à vrac). 

  • Faire certains des cosmétiques ou produits d'entretien

Je fais encore du liniment moi-même en alternance avec des flacons achetés. Par contre, j'ai totalement arrêté d'acheter de lotion ou lait démaquillant. De l'huile végétal, de l'eau floral, un flacon réutilisable et j'ai mon démaquillant bi-phasé, qui enlève beaucoup mieux le mascara et autres maquillages que tous les démaquillants du commerce que j'ai pu tester. Côté produit d'entretien, je fais du savon liquide pour les mains, qui n'est jamais assez liquide et que je finis par diluer avec de l'eau :) Et j'ai testé le produit d'entretien pour salle de bain à base de vinaigre et bicarbonate, mais je trouve qu'il faut beaucoup plus frotter pour faire briller la baignoire. Il faudrait que j'essaie une autre recette. Une suggestion ?

Testés et adoptés. J'en ai même racheté quelques uns pour avoir suffisamment de stock et ne pas avoir à faire de lessives trop rapprochées. Cette semaine, j'ai commandé quelques mouchoirs en tissu ; je n'en avais pas vu depuis les années 80. C'est joli, mais est-ce que je vais vraiment les utiliser. A suivre...

  • Etre plus écolo au bureau

J'ai toujours ma tasse, ma petite cuillère et j'ai maintenant une bouteille d'eau non jetable. 

  • Remplacer ma voiture diesel

Ca y est, je roule en essence sans plomb, avec une petite citadine peu gourmande. Enfin, vu la faible capacité du réservoir, j'ai l'impression de faire beaucoup plus souvent le plein qu'avec ma voiture précédente, mais niveau consommation au litre, c'est à peu près équivalent.

  • Installer un récupérateur d'eau de pluie

Tiens, j'avais complètement oublié celle-ci. En même, avec le peu de pluie qu'il y a eu cette année, je n'aurais pu arroser qu'une plante avec. Bon, ce n'est pas une excuse, il faudrait que nous y pensions.

  • Faire moi-même tous les repas pour bébé

Pour le salé, pas de soucis. Je ne supporte pas l'odeur des plats industriels. En plus, la crèche fournit les repas, nous n'avons qu'à préparer les repas du soir et du week-end. Et puis, surtout, elle mange pratiquement comme nous depuis plusieurs mois. Pour le sucré, j'achète parfois du tout prêt, mais bio.

  • Réduire l'utilisation de film alimentaire, papier aluminium et sacs de congélation

J'ai retrouvé des couvre-plats réutilisables. Et puis, cela fait un sujet de conversation dans les soirées : "c'est quoi cette charlotte de bain sur ton plat ?".

  • Et plus généralement, essayer de réduire ce que l'on jette à la poubelle

Il faudrait que je compte combien de fois par mois, nous sortons le conteneur poubelle tout venant et celui du recyclage, mais mesurer le progrès. J'espère juste que nos déchets ont été réduits.

Et pour cette année 2018 ? J'aimerais acheter plus local. Un magasin Biocoop a ouvert tout proche de chez nous ; et en plus de l'AMAP, une association pour s'approvisionner en fruits, fromages... en circuit court a été lancée dans notre village.

Et vous, tel le colibri, quelques sont vos petits gestes pour la planète ?

14/11/2017

Cueillettes d’automne : olives, noix et kiwis

Les prunes du jardin nous avons bien occupées durant l’été. Mais nous n’avions pas de culture automnale dans le jardin, alors nous sommes allés prêter main forte aux cousins et dans une ferme. 

Bon, nous ne sommes pas encore des agriculteurs aguerris car pas le matériel et pas assez lève-tôt ; mais c’est amusant d’aller cueillir directement les fruits sur l’arbre. D’ailleurs, je n’avais jamais vu d’actinidia, qui n’est même pas un arbre, mais plutôt une liane fruitière. 

IMG_0487.JPG

Les olives se récoltent généralement en novembre (dans le Sud de la France) pour la fabrication d’huile d’olive. Il faut compter environ 5 ou 6 kg d’olives pour faire 1 litre. Au total, nous avons ramassés 12 kg en quelques heures, mais sans peigne électrique, ni filet. La grande cueillait celles à sa portée, la petite mettait une à une les olives que nous lui donnions dans un bac. Bref, nous n’étions pas les plus actifs.

IMG_0483.JPG

IMG_0492.JPG

Au passage, nous avons cueillis quelques noix, même si nous en avions déjà ramenées d’une balade en campagne.

IMG_0638.JPG

Et ce week-end, nous sommes allés promener nos bottes dans un champ de kiwis. C’est un agriculteur bio de la région qui propose à toutes les personnes intéressés d’aider à la cueillette de kiwis en échange d’un repas. Nous avons eu l’information via l’AMAP de notre village. C’est un évènement très familial, il y avait beaucoup d’enfants. La cueillette est simple, il suffit de tenir la liane sur laquelle est le kiwi convoité et de couper avec la main le pédoncule. Comme nous sommes arrivés en fin de matinée et que la production cette année était moindre, nous n’avons pas beaucoup aidé à remplir ces caisses en bois de 400 kg chacune. Mais l’an prochain, promis, nous mettrons le réveil et resterons pour le repas. D’ailleurs, si cela vous intéresse, ça se passe à ferme du Vallon à Velaux (13) chaque année un jour de novembre (avant les premières gelées). 

IMG_0632.JPG

IMG_0645.JPG

Si vous avez besoin de vitamine C avant l'hiver, j'ai une bonne adresse ;)

C'était ma participation au rendez-vous L'enfant et la nature.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu